background img

Est-ce que boire de l’alcool coupe la croissance ?

L’alcool est-il nocif pour la croissance musculaire ? Il est temps d’y réfléchir, car la période de Noël est propice à certains excès. Le reste de l’année, on a parfois envie de boire un verre après le bureau pour se décompresser. Mais ce que vous voulez le moins risque de perdre tous les avantages de votre entraînement. Il n’est pas nécessaire de sacrifier votre corps chèrement mérité pour soulever la fonte. Heureusement, les effets néfastes de l’alcool sur la construction musculaire sont directement liés à la dose consommée. Une seule boisson n’a aucun effet sur la perte musculaire. Il pourrait même augmenter la production de testostérone. En cas de forte consommation… c’est une autre histoire.

L’alcool bloque la synthèse des protéines

La réponse anabolique qui permet la construction musculaire est due au fragile équilibre entre la synthèse des protéines et leur destruction, dont le bonus favorise la croissance musculaire. Cependant, cette réaction anabolique peut être altérée par une consommation excessive d’alcool, ce qui bloque la synthèse des protéines et donc la croissance musculaire. Réduction (-30 %) de la capacité de l’insuline à stimuler la synthèse des protéines (-60 %). L’alcool n’affecte pas directement la dégradation des protéines musculaires, mais affecte la synthèse des protéines. L’alcool limite la production d’acide phosphatidique lui-même, qui est impliqué dans le processus mTOR, qui conduit à la synthèse des protéines. Même si vous faites de l’exercice intensif, l’alcool réduit la croissance musculaire en raison de cette réaction anabolique qui ne se produit pas.

A lire en complément : Location vacances : les avantages !

L’alcool affecte principalement les fibres rapides

Le muscle est constitué de fibres rapides et lentes dans une plus ou moins grande mesure selon la personne. Les fibres rapides peuvent se contracter plus rapidement et plus rapidement que les autres et sont plus larges. Ils jouent donc le rôle le plus important dans la croissance musculaire et permet des gains de volume et de force plus importants. Malheureusement, ce sont également les types de fibres qui sont principalement influencés par l’alcool. Ce sont donc ceux sur lesquels l’alcool a le plus d’effet négatif.

L’alcool ralentit la croissance musculaire

L’alcool aurait une incidence sur les taux de myostatine. Cette myostatine augmente la présence d’alcool dans les muscles et peut réduire la croissance musculaire en empêchant la formation de nouvelles fibres. L’alcool aurait donc également un effet sur la myostatine. Cela aurait un effet négatif sur la croissance musculaire, ce qui a été démontré dans une étude menée sur des rats pendant 16 semaines de consommation d’alcool augmentait bien les niveaux de myostatine, ce qui accélérait également la perte de masse musculaire.

Lire également : Quel est l'âge minimum pour faire l'amour ?

Il s’agit de doser

Évolution de la consommation excessive d’alcool quantité de testostérone. Cependant, nous savons à quel point cette hormone est importante pour la construction musculaire. Heureusement, cet effet est principalement dû à la consommation d’alcool. Selon une étude, la consommation de deux verres d’alcool serait bénéfique, car elle augmenterait la testostérone de 17%. Ceci est dû au coenzyme NADH qui, en présence d’alcool, active les processus métaboliques chimiques pour générer de l’énergie à partir de l’alcool consommé. L’augmentation du NADH affecte également l’activité du 17-bêta-HSD, qui catalyse la production de testostérone.

D’autre part, une autre étude montre que lorsque l’on prend des doses élevées, c’est le contraire. La consommation de 6 à 7 verres d’alcool réduit la testostérone de 23 %, entre 10 et 16 heures après avoir pris votre dernier verre. Le processus n’est pas le même, puisque l’alcool est à une certaine dose pour les cellules de Leydig, l’emplacement réel de la production de testostérone devient toxique.

Le lendemain aussi

Il suffit de dire que si vous buvez excessivement le soir et que vous buvez excessivement, les effets seront toujours payants lors de votre séance d’entraînement du lendemain matin !

Sans oublier que des quantités élevées d’alcool ont un effet dramatique sur le cortisol, qui augmente de 152 % seulement 4 heures après une soirée bien arrosée. Même si vous vous entraînez comme un fondu, vous obtiendrez un résultat proche de zéro ou même négatif si vous considérez que vous êtes plus susceptible de perdre de la masse musculaire.

Catégories de l'article :
Famille