background img

Renforcer les liens avec ses enfants même une semaine sur deux…

un père avec sa fille en cuisine

Autrefois considéré comme un échec, le divorce est aujourd’hui vécu comme une simple péripétie de la vie amoureuse. Pourtant, il peut s’avérer lourd de conséquences, notamment pour les enfants, prisonniers d’une lutte d’influence, parfois inconsciente, entre les ex-époux. Le fait est que l’équation n’est pas toujours simple à résoudre. Comment faire pour renforcer ses liens avec ses enfants quand on les voit qu’une semaine sur deux ?

L’argent ne fait pas la relation

Plus l’écart entre les deux mondes au sein duquel les enfants évoluent est important, et plus la lutte d’influence entre leurs parents peut se faire grande. Un parent riche et un parent pauvre, ça peut laisser quelques séquelles psychologiques et autant de difficultés à nouer une relation parent/enfant sereine. Pour autant, ces cas, s’ils ne sont pas rares, sont loin de constituer la majorité des divorces. En règle générale, les époux proviennent d’un milieu social et économique relativement proche. De surcroît, la mise en place d’une pension alimentaire voire d’une prestation compensatoire a justement pour but de combler l’écart de revenu et la différence de niveau de vie entre les parents divorcés.

A découvrir également : Les clés pour encourager la coopération et éviter les conflits entre frères et sœurs

Ce n’est donc pas ‘l’argent’ qui doit faire le lien entre les parents divorcés et leurs enfants. D’autant qu’il s’agirait d’une relation basée sur des artifices, peu encline à durer dans le temps et source de conflits plus que d’amour inconditionnel et véritable. Le vrai lien, c’est celui du cœur, enrichi par des interactions multiples et variées.

L’attention et le temps passé ensemble

Certes, notre monde n’a jamais été plus connecté et l’impression nous est donnée de pouvoir communiquer et rester informés 24h/24. Mais cette attente fébrile d’une notification provenant peut-être de l’autre bout du monde se fait au détriment des moments de vie réels que nous pouvons vivre avec nos proches, dont nos enfants. Le fait est que l’attention à porter à notre entourage procure bien moins de dopamine, substance addictive s’il en est, que la quête d’un statut social par écran interposé. Pourtant, c’est bien souvent là que nous pouvons mieux faire ; en lâchant la lecture de cet article sur votre téléphone portable par exemple pour profiter d’une activité créatrice de lien avec nos enfants…

A lire également : Gérer harmonieusement les relations avec les beaux-parents et les familles recomposées

La procédure de divorce

Autre point qui peut avoir son importance ; la procédure de divorce. En effet, plus la procédure est longue, plus le conflit, ouvert ou latent, dure. Plus les émotions et les sentiments contradictoires s’exposent. Et plus le lien est difficile à créer/conserver. Dans ce genre d’opposition, il faut parfois savoir lâcher du lest sur certains détails de la séparation relevant plus de l’égo que de l’utilité publique pour raccourcir la période transitoire et ainsi faciliter la période post-procédure. Plus la procédure est courte et simple, plus les relations sont simples à entretenir. En ce sens, si vous avez la possibilité d’opter pour un divorce à l’amiable, n’hésitez pas. Un mauvais arrangement vaut bien souvent mieux qu’un bon procès…

Catégories de l'article :
Parents